Maisons d' Enfants de l'Etat / Staatlech Kannerheemer  
Accueil
Friday, 31 October 2014
 
 
ADCA Association Des Directeurs Des Centres D'Âccueil ASBL Luxembourg

 VORWORT

ADCA Luxembourg

Image


Das vorliegende Dokument ist das Ergebnis einer zweijährigen Arbeit einer Gruppe von Heimleitern aus Luxemburg. Diese haben den Versuch gewagt, die Arbeit in ihren Einrichtungen auf ihre Qualität hin zu untersuchen und diese Qualität zu definieren. Mit diesem Dokument haben sie einen Rahmen abgesteckt, anhand dessen klare Standards für eine Qualitätsentwicklung in ihren Einrichtungen erstellt werden können, die es bis heute in der Form nicht gibt. Damit ist ein Denkprozess ausgelöst worden, der in den nächsten Monaten und Jahren fortgesetzt werden muss und fortgesetzt werden wird. Die Qualitätsdebatte ist aus dem Bewusstsein der Verantwortung den Kindern und ihren Familien gegenüber entstanden. Kinder werden fremduntergebracht, damit ihnen eine bestimmte Hilfe zuteil werden kann. In manchen Fällen werden Hilfsmassnahmen zusammen mit Schutzmassnahmen in die Wege geleitet. Diese Massnahmen stellen die Einrichtungen vor eine grosse Verantwortung, bedeuten sie doch einen wesentlichen Einschnitt in das Leben der Kinder und ihrer Familien. Es ist dabei deutlich geworden, dass der Blickwinckel, aus dem heraus die Wirklichkeit untersucht wird, mitbestimmend ist für die Definition um Qualität. Der Blickwinckel, aus dem dieses Dokument entstanden ist, orientiert sich vom Standpunkt der Kinderrechte und des Kindeswohls her. Das wiederum verlangt äusserste Bescheidenheit. Aus dieser Erkenntnis heraus ergibt sich, dass die Erstellung von Qualitätskriterien nicht unabhängig von den handelnden Personen und von dem gesellschaftlichen Kontext, in dem diese tätig sind, geschehen kann.

So erklärt sich die im vorliegenden Dokument gewählte Form der Aussagen, die jeweils ein Engagement bedeuten, zu dem die Unterzeichneten sich verpflichten. „Die Einrichtung verpflichtet sich ..., die Einrichtung klärt, definiert, legt fest“. Es geht um das Engagement, die Verantwortung den Kindern und ihren Familien gegenüber wahrzunehmen. Diese Verantwortung sollte nicht in einem vermeintlichen „Wissen über andere Menschen“ gegründet sein, vielmehr aus einem gemeinsamen Suchen, einem wohlwollenden Zusammenfügen (nicht einem Nebeneinanderstellen) von verschiedenen professionnellen und menschlichen Gesichtspunkten entstehen. Und so bedeutet die Differenzierung in Struktur-, Prozess- und Ergebnisqualität den Versuch, diesem wohlwollenden Zusammenfügen Raum und Zeit zu geben. Äussere Bedingungen stellen den Rahmen, in dem dies möglich werden kann. Spätestens hier wird deutlich, wie gross die Verantwortung der Gesellschaft und ihrer politischen Träger im Hinblick auf die Bedeutung, die sie den „Sprachlosen“ in der heutigen Welt zugesteht, ist. Die Betreuung von Kindern und Jugendlichen ausserhalb ihrer Familien bedarf äusserster Sorgsamkeit und verlaangt eine immerwährende gesellschaftspolitische Debatte. Die ADCA hofft, mit dem vorliegenden Dokument einen Beitrag
dazu geleistet zu haben.

Luxemburg, den 6. Dezember 2007
Claude Baumann, Marcelle Hemmer,
Michel Krier, René Schmit, Régis Thill
Mitglieder des Verwaltungsrates der ADCA Luxembourg

Last Updated ( Tuesday, 12 November 2013 )
Read more...
 
10e anniversaire de l'intervention du Service Treff-Punkt en prison

10e anniversaire de l'intervention du Service Treff-Punkt en prison.

Image 

 Le Service Treff-Punkt-Prison fête cette année le dixième anniversaire de sa création. Depuis 10 ans, il intervient au Centre Pénitentiaire à Schrassig (CPL).
A côté des activités habituelles du Service Treff-Punkt (depuis 1997 accompagnement du droit de visite conflictuel entre l’enfant et son parent avec lequel il ne vit pas, à Dudelange et à Ettelbruck), le service accompagne depuis 2003 le droit de visite d’enfants chez leur parent en prison.
Avoir un parent en prison est, pour la famille et les enfants concernés, un grand traumatisme. A ce traumatisme, lié à l’incarcération, s’ajoute souvent le traumatisme de la séparation et le fait qu’il faut en garder le secret.
A l’occasion de cet anniversaire nous allons présenter un livre intitulé « Lueurs d’espoir ».
Ce recueil de textes et d’oeuvres réalisés par des pères incarcérés au CPL dans le cadre d’activités proposées par le Service Treff-Punkt Prison, est préfacé par de Madame Marie-Josée Jacobs, jusque fin avril 2013 Ministre de la Famille et de l’Intégration, et Madame Marie-Anne Rodesch, jusqu’en décembre 2012, Présidente de l’ »Ombuds Comité fir d’Rechter vum Kand ».

 Le but de ce livre est de sensibiliser l’opinion publique et le secteur psychosocial au fait que les personnes qui se trouvent en prison ne sont pas que des délinquants, mais aussi des êtres humains et pour certains des pères et des mères.

Le livre "LUEURS D'ESPOIR" au prix de 10EUR peut être commandé soit:

  •  par téléphone au numéro 54 71 67 ou

·       

  • par virement bancaire au numéro (CCPL) IBAN LU84 1111 0413 1792 0000 (ASBL Frënn vun de Staatleche Kannerheemer) (+2EUR frais d’envoi)

 

         (en cas de virement bancaire veuillez indiquer votre nom/prénom et adresse)

Last Updated ( Monday, 07 October 2013 )
 
Qui sont les Maisons d’Enfants de l’Etat ?

 

Les Maisons d’Enfants de l’Etat (MEE) sont un centre d’accueil avec hébergement jour et nuit. L’accueil des 75 enfants, adolescents et jeunes adultes se fait soit sur base de placement volontaire demandé par les familles ou les jeunes, soit sur base de placement judiciaire. En outre, les Maisons d’Enfants de l’Etat assurent l’accompagnement de jeunes adultes après leur départ d’un foyer, ainsi que d’autres missions leurs confiées, comme par exemple celle de rechercher des solutions nouvellesface aux conflits relatifs au droit de visite (Service Treff-Punkt).

 

Les raisons qui font que les enfants sont séparés de leurs familles sont multiples. Souvent une séparation est envisagée quand les parents n’arrivent plus à assumer leurs responsabilités parentales et qu’ils ne font plus la différence entre leurs souffrances et celles de leurs enfants. Les difficultés scolaires, les problèmes de comportement et parfois une attirance vers la délinquance sont les signes les plus fréquents d’un malaise familial. Certains de ces enfants présentent des difficultés psychologiques et/ou sociales, dont l’expression, notemment l’intensité des troubles du comportement et les difficultés relationnelles, perturbe gravement la socialisation et l’accès aux apprentissages et à la citoyenneté.

 

Une séparation n’est jamais une solution en soi. Elle peut être tout au plus une condition nécessaire à un travail à faire, une aide à donner à un enfant et à sa famille. Une collaboration étroite avec les parents et la famille élargie est une des priorités des MEE. C’est à travers cette collaboration que des perspectives de réintégration peuvent s’élaborer.

L’intervention des MEE situe l’enfant, l’adolescent et le jeune adulte en position de personne, dans sa globalité et dans sa singularité. Elle ne se limite pas à une réduction de ses désavantages, mais soutient la structuration de sa personnalité et l’accession à son autonomie, dans une perspective d’inclusion sociale.

 

Pendant la durée du séjour (de quelques mois à plusieurs années) l’institution offre aux enfants et adolescents une éducation ainsi que des traitements appropriés, dans le respect de leur personne, de leur histoire et de leur culture, de leur famille et de leur projet de vie. Ceci est réalisé dans le cadre d’un lieu de vie adéquat, partagé avec des adultes, où un climat d’affection, de joie de vivre et de partage sont le souci quotidien de tous les professionnels.

 

Trois moments-clés revêtent une importance particulière :

l’arrivée, le séjour et le départ.  En effet, l’accueil de tout enfant a un début et une fin, il se situe dans le temps. Et le départ d’un enfant est envisagé dès le premier contact.

Last Updated ( Monday, 09 September 2013 )
 
 
Top! Top!